business-2651346_1920

La valorisation d’une campagne RP

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, l’équipe de Chronique va vous plonger dans l’univers des relations presse ! Petit rappel pour ceux qui nous rejoignent…

Les RP (relations presse), permettent de créer de la visibilité, une notoriété, une diffusion d’image… A travers l’obtention de retombées dans les différents médias existants (print, web, radio, Tv, articles de blog…). Pour résumer ? Notre rôle est d’avoir un maximum « d’articles » sur nos clients. Mais alors comment savoir si une campagne RP mise en place a bien fonctionné ? Car, pour ceux qui le savent, les RP peuvent être assez aléatoires… en fonction du sujet, de la période, de l’actualité… Alors, comment savoir si la quantité d’articles que l’on obtient, que cela soit 10 ou 55 a un véritable impact?

  • Premier travail à effectuer : une analyse quantitative

Pour mesurer l’impact d’une campagne, chaque retombée obtenue fait l’objet d’une analyse chiffrée. Et oui, parfois on sort la calculette ! Explication : chaque article, print ou web, reportage tv, passage radio possède un « équivalent publicitaire ». Cela signifie que l’on compare une retombée avec son prix en achat pub.

Par exemple, un article d’une page dans le magazine Elle équivaut à 32 000€. D’une certaine façon, on peut considérer que l’on a fait « économiser » 32 000€ à notre client. Cette équivalence s’applique à toutes les retombées pour ainsi obtenir un total, qui sera éventuellement comparé sur les mois précédents, années précédentes, etc.. Cette analyse chiffrée permet de constater de façon exponentielle que plus on a d’articles, dans de « beaux » médias (car plus ils sont connus, plus le prix pub est élevé), plus le prix augmente et donc que notre campagne est réussi ! Il ne faut cependant pas partir dans l’idée que plus on aura d’articles plus la campagne sera réussie. Car c’est la qualité de celui-ci qui compte avant tout. Avoir peu de retombées mais dans Le Monde, Le Point, Le Figaro… aura une plus grosse valorisation que 50 articles web issus de sites peu connus !

  • Deuxième travail à effectuer : une analyse qualitative

Outre les chiffres, l’aspect de la retombée en question est très important. Et oui, toute bonne attachée de presse préférera la qualité à la quantité ! Comme expliqué au dessus, une retombée aura une plus grande valorisation en fonction de sa qualité. Mais aussi un meilleur impact ! Explication : Si l’on suit une certaine logique, un article dans Le Monde aura plus d’effet qu’un article sur le site du journal local du village de votre grand-mère. Notre mission est donc à ce moment précis, de qualifier, sur la forme et le fond. On va regarder la taille, est-ce une page, une ½ page, une brève, un article web, une couverture, un reportage de combien de minutes ? Car oui, pour nous la taille compte 😉 De même que le ton, est-il neutre, positif, négatif ?

Comme un concours de beauté, nous aussi nous avons nos critères en RP ! En définitif, plus l’article est long et illustré, plus nous pouvons dire que notre travail a porté ses fruits.

  • Troisième point : le ressentie du client

Les analyses, les chiffres… Autant d’outils indispensables mais pas que ! Nous, chez Chronique, on oublie pas notre client. Selon ses attentes, seul lui restera juge de notre travail.